Actualités

Le choc de la migration

Une migration n’est jamais anodine. Quelles qu’en soient les raisons. Elle implique un déracinement, des changements d’habitude, de culture, des nouveaux repères à trouver, un réseau à retisser, une nouvelle place sociale à définir.

Alors, quand la migration est forcée, qu’elle est synonyme de fuite pour échapper à l’extrême pauvreté, à la violence, à la menace, à la mort; quand elle implique un long voyage, périlleux et épuisant; quand au bout du chemin l’accueil est frileux, que le risque d’être renvoyé à la case départ est permanent... la rupture est d’autant plus abrupte, l’isolement plus important, les conséquences psychiques quasi inévitables. «En quittant mon pays, j’ai tout perdu», illustre Fidel dans le témoignage que nous publions dans ce dossier consacré à la migration et à son impact psychique.

La dépression, les troubles anxieux, le syndrome de stress post-traumatique sont d’ailleurs fréquents parmi les migrants forcés et, en particulier, les personnes dont la situation relève du domaine de l'asile. Les deux médecins spécialistes interviewés dans notre dossier sont unanimes à ce sujet. Les comportements à risque, comme la consommation de stupéfiants, sont eux aussi répandus, expressions d’un mal-être profond.

Pour répondre à cette détresse, des établissements se sont spécialisés dans la prise en charge des migrants, comme le Centre pour les populations vulnérables, à Lausanne, ou le Centre ambulatoire de psychiatrie et psychothérapie de La Servette, attenant aux HUG à Genève. Des associations comme Appartenances font également un travail remarquable, proposant des consultations individuelles, des prises en charge à long terme, et oeuvrant pour la prévention de la santé chez les migrants. Sans compter le travail indispensable que fait Médecins sans Frontières pour soutenir les réfugiés dans les camps proches des zones de conflits et pour redonner un semblant de normalité à leur vie.

Reste que de nombreux migrants (sur)vivent encore chez nous sans aucun accompagnement socio-psychologique, alors qu’ils en auraient besoin. Par isolement, pour des raisons culturelles, par sentiment de honte, par manque d’information. Des efforts pour renforcer l’accès aux soins sont actuellement déployés. Il est urgent de continuer sur cette voie et, plus généralement, d’améliorer les conditions d’accueil des migrants et des personnes qui dépendent du droit d’asile pour, enfin, adoucir quelque peu le choc de leur migration.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Plusieurs nouveaux romans sont arrivés à la bibliothèque du Graap-Fondation et sont à votre disposition. Voici la liste :

 

GRAND FORMAT

  • John Irving – « Avenue des mystères »
  • Camilla Läckberg – « Le dompteur des lions »
  • Marc Levy – « L’horizon à l’envers »
  • Guillaume Musso – « La fille de Brooklyn »
  • Eric-Emmanuel Schmitt – « La nuit de feu »
  • Frank Thilliez - « Rêver »

 

EN POCHE

  • Katarina Bivald - « La bibliothèque des cœurs cabossés »
  • Michel Bussi – « Maman a tort »
  • Harlan Coben - « Tu me manques »
  • Agnés Ledig - « Pars avec lui »
  • Bernard Minier – « Une putain d’histoire »
  • Francesc Miralles – « L’amour en minuscules »
  • Viveca Sten – « Les nuits de la Saint-Jean »
  • Jean Teulé – « Héloïse, ouille ! »

Dans le cadre de son dossier "Sortir du cadre", la revue d'information sociale REISO a publié en mai 2016 un article dont Fabrice Le Flem, travailleur social et chef de centre du Graap-Fondation à Montreux est un des co-auteurs. Cet article traite d'une recherche récente identifiant les formes d'une collaboration efficace entre une institution psychiatrique (la Fondation de Nant) et un centre social (l'antenne montreusienne du Graap-Fondation) dans l'Est vaudois.

 

 

Tout est dans le dosage

Faire du sport participe indéniablement à une bonne hygiène de vie. C’est bon pour le corps, mais aussi pour la tête. La satisfaction de l’effort accompli, la détente tant corporelle que psychique sont quelques-uns des bénéfices ressentis après un effort physique.

Nous le savons probablement tous, intuitivement et/ou par expérience. Et pourtant... Qui peut affirmer ne jamais s’être trouvé des excuses pour éviter l’effort? Alors, quand la maladie psychique frappe et qu’il devient même difficile de trouver la force pour se lever le matin, pas étonnant que la pratique d’un sport devienne impensable, un horizon inatteignable.

Il est néanmoins désormais prouvé que renouer avec une activité physique régulière contribue au rétablissement. Faire une courte promenade ou simplement s’adonner à une activité ménagère simple peut suffire. L’essentiel est de se mettre en mouvement en douceur, de retrouver progressivement un rythme, d’oxygéner son cerveau, d’éprouver à nouveau, peu à peu, de l’autosatisfaction et du plaisir. Notre dossier consacré aux effets du sport sur la santé mentale le montre bien.

Comment mettre le pied à l’étrier quand on vit seul, ou lorsqu’on n’a plus goût à rien et que l’on n’éprouve plus aucune motivation? C’est là que l’entourage peut jouer un rôle important. Des initiatives comme les marches hebdomadaires organisées au Graap ou les activités proposées par d’autres organismes peuvent également aider la personne à faire le premier pas.

À un autre niveau, la santé mentale est également un enjeu essentiel pour les personnes qui pratiquent un sport à haute dose, comme les sportifs professionnels. Pour gagner, ils doivent bien sûr travailler leur corps, mais ils doivent aussi se sentir forts, invincibles et apprendre à cacher leurs faiblesses lorsqu’elles surviennent... Un jeu qui n’est pas sans conséquence. Les burn-out, les dépressions et les addictions sont fréquents dans ce milieu. Des problèmes que l’on trouve également parmi les sportifs amateurs. Selon le psychologue Lucio Bizzini, 4% de la population sportive serait touchée par une addiction au sport ou présenterait des comportements à risques.

Alors oui, le sport est nécessaire et bénéfique pour chacun, à tous les niveaux. Encore faut-il savoir doser sa pratique.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Un grand boulversement

La retraite ne laisse personne indifférent. Liberté retrouvée, repos bien mérité pour les uns... inactivité forcée, retrait social pour les autres. Un mélange de ces perceptions pour beaucoup. Des personnes planifient leur retraite minutieusement des années auparavant, «pour être prêts», alors que d’autres préfèrent ne pas y penser et se laisser porter par ce qui adviendra.

Toutes les attitudes sont possibles face à cette étape. Mais au fond, qu’est-ce que le basculement dans le 3e âge implique? Et qu’est-ce qu’il change plus particulièrement pour les personnes concernées par la maladie psychique? «Diagonales» s’est penché sur ces questions dans son nouveau dossier.

«Il est faux de croire qu’à la retraite, on ne travaille plus. Vieillir, c’est un travail», avertit le Dr Karsten Ebbing, du Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé au CHUV. Fondamentalement, il s’agit pour chacun de se réinventer une identité sans lien avec une activité professionnelle, de trouver un nouveau rythme de vie et un nouvel équilibre familial et social. Un chemin qui se fait plus ou moins facilement pour la personne retraitée, mais aussi pour son entourage.

Outre ces rééquilibrages, la fin de l'activité professionnelle engendre aussi une diminution des relations sociales, voire un profond isolement pour de nombreuses personnes malades. L'aspect financier représente également un élément central - et complexe - de la retraite. AVS, LPP, 3e pilier... Il n’est facile pour personne de s’y retrouver et de savoir exactement quel sera son revenu à la retraite.

À ces difficultés touchant tout un chacun s'ajoute, pour les personnes malades psychiques qui atteignent les 65 ans, le passage parfois abrupt de la psychiatrie adulte vers la psychiatrie de l’âge avancé. Une transition que les patients vivent assez mal, reconnaît la Drsse Montserrat Mendez, responsable du Centre ambulatoire de psychiatrie de l’âge avancé du CHUV. Le terme «âgé», davantage associé au 4e âge, ne convient pas à tout le monde. Et surtout, c’est une nouvelle organisation, de nouvelles équipes auxquelles il faut s’habituer.

Tous ces changements font de la retraite un grand bouleversement, qu’il importe de préparer autant que possible en amont. Des programmes et des soutiens comme ceux que proposent l'Avivo ou Polyval permettent d'adoucir le changement. Il n'empêche que, pour certains, l'étape reste difficile à vivre. Le témoignage que nous publions dans ce dossier le montre sans détour.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Page 10 sur 14
© 2019 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique