Actualités

La santé mentale est fondamentale

Prendre soin de son équilibre psychique est essentiel. Trop souvent, pourtant, on l’oublie. Cette dimension de l’individu est reléguée au second plan, voire ignorée totalement.

Les chiffres ne souffrent pourtant aucune contestation: les coûts liés à la santé mentale ne cessent de croître. Dans nos sociétés en pleine mutation économique, numérique, démographique et sociale, les problématiques liées à l’équilibre psychique ont malheureusement de beaux jours devant elles.

Le renforcement de la considération pour la santé mentale constitue ainsi une priorité pour le futur. L’accent doit être mis sur la prévention. Comment? «Diagonales» esquisse des pistes. Cette édition spéciale, réalisée en collaboration avec la Coraasp, est consacrée à la campagne nationale pour garder, développer ou retrouver une bonne santé mentale. Des choix ont été faits sur les problématiques pouvant affecter l’équilibre psychique à différentes périodes de l’existence: échec scolaire, sexualité, harcèlement, burnout, divorce, maladie, précarité, isolement, retraite, etc. La liste n’est pas exhaustive.

Nous avons rencontré des professionnels en lien avec la santé mentale, dans toute la Suisse romande. Des témoignages décrivent les difficultés rencontrées, mais aussi les ressources développées. Ils présentent surtout de véritables «outils» de résilience pour le lecteur. Pour entretenir cet équilibre psychique, souvent si discret mais si important, tout au long d’une vie.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Cliquez ici pour télécharger ce numéro de Diagonales dans son intégralité

Le nouveau centre La Cour à Vevey (anciennement La Rive à Montreux) sera opérationnel début septembre. La dotation des postes AI passe de 13 à 20.

Nous recherchons donc des travailleurs AI (TAI) pour :
- l’atelier Grain de Sel, pour les activités de service et de cuisine. Les horaires cuisine et service pour le tea-room sont de 7h30 à 16h30 soit 3 périodes.
- l’atelier général, pour l’activité de confection et vente de produits de bouche.
- l’atelier service et prestation social, pour les activités de réception et secrétariat social, du réseau de l’amitié et d’animation.

Les personnes intéressées par cette nouvelle aventure sont priées de contacter la réception de Vevey au 021/643.16.40.


Fabrice Le Flem, responsable de Centre

Dans les ateliers de préparation et lors du Congrès du Graap (8-9 mai 2019) sur le thème de la contrainte en psychiatrie, un très grand nombre de personnes ont révélé à quel point elles s’étaient senties maltraitées lors d’hospitalisations ou dans des foyers.

Il faut mettre fin à des pratiques inacceptables : mobilisons-nous !

Ces personnes ont été très affaiblies voire traumatisées à long terme par certaines pratiques des professionnels. Leur santé psychique a été aggravée par ces pratiques. Ce n’est pas le fait d’être sous PLAFA (Placement à des fins d’assistance) ni de vivre en foyer que les gens critiquaient. Mais la manière dont ils ont parfois été traités.

Lors du Congrès, peu de soignants étaient présents dans la salle. Parmi ceux qui étaient là, plusieurs ont dit à quel point ces deux jours avaient été un choc pour eux. Le congrès et les ateliers citoyens sont des lieux d’échanges des points de vue vraiment utiles et nécessaires. Mais, au vue de la gravité et la fréquence des retours d’expériences traumatisantes que nous avons eues, l’échange de points de vue informatifs ne semble pas suffisant. Le Graap souhaite mener une action dans la suite du Congrès pour dénoncer ces pratiques inadéquates et faire changer les choses.

Exemples de ce que nous souhaitons combattre (à préciser ensemble):

  • L’usage de la chambre de soin comme la règle et non l’exception
  • L’usage du chantage (exemples vécus : « on te rendra tes habits quand tu auras pris tes médicaments »)
  • L’absence de lien humain à l’hôpital et en particulier en chambre de soin

Les demandes qui ont déjà émergé (à compléter ensemble):

  • Soignants et professionnels, quittez vos écrans, allez voir vos patients !
  • Informez les patients-résidents sur leurs droits
  • Chefs de service, directeurs de foyer, transmettez à vos équipes une culture du respect et le refus total des pratiques humiliantes

Idées d’actions :

  • Mener une ou des actions vaudoises ou romandes
  • L’idée de rédiger un texte affirmant nos demandes a déjà été proposée : faire circuler ce texte via nos réseaux, via les réseaux sociaux etc.
  • A partir de ce qui a été fait par les ateliers citoyens du congrès, intervenir auprès des soignants dans leurs lieux de formation initiale et continue

 

Tout est ouvert, vos idées seront les bienvenues ! A construire et décider avec ceux qui seront partants …
A partir de septembre 2019, nous voulons mener une réflexion pour agir et participer à faire changer les choses.

Si vous voulez faire part de votre propre expérience et participer à ces réflexions et actions, contactez :
Marie Israël : marie.israel@graap.ch - Tél: 021 643 16 00

 

Annick Kosel
Marie Israël

(D'après un article publié dans L'Echo n°59 / Août - Septembre 2019)

Les folles couleurs de la «Mad Pride»

«Le 10 octobre, la Journée mondiale de la santé mentale verra la tenue d’une Mad Pride à Genève.» Quand cette phrase a été prononcée en séance de rédaction, les regards se sont croisés, intrigués: personne n’avait jamais entendu le terme «Mad Pride». Bien que cette manifestation festive existe depuis longtemps à l’étranger, aucune n’a encore eu lieu en Suisse. Et pour cause: ici, il n’est pas coutume de manifester, de se montrer, de révéler. On préfère ne pas déranger, ne pas gêner. Surtout lorsqu’on souffre, qu’on se sent particulier. Pourtant l’indifférence et le silence deviennent destructeurs. Ils peuvent même tuer.

L’idée de défiler demande donc de l’engagement, de passer un cap, mais elle semble fondamentale pour progresser. Que l’on soit atteint dans sa santé psychique, proche de personnes en souffrance, professionnel ou simplement sensible à cette situation.

La «Pride» veut faire reconnaître la santé mentale comme un besoin vital au même titre que la santé physique. Elle cherche à mobiliser les citoyens aux côtés de personnes vivant avec des troubles psychiques, et elle veut rappeler que les maladies mentales ne sont pas irréversibles, que l’on peut se soigner et avoir sa place dans la société.

Peut-être qu’ici aussi les temps changent, finalement. La honte, la pudeur, le sentiment de gêner peuvent s’effacer face au besoin de reconnaissance, de solidarité et d’union. Un récent 14 juin historique et violet est là pour nous le rappeler. La Suisse bouge et existe. Rendez-vous donc ce 10 d’octobre, déguisé ou non, au bout du lac. Pour le colorer d’un brin de folie.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Le 19 août prochain, le centre La Rive a quitté Montreux et emménagé dans des locaux flambants neufs au Quai de la Veveyse 4 à Vevey. A cette occasion, le centre a été rebaptisé La Cour. Le numéro de téléphone est resté le même, à savoir le 021 643 16 40.

Illustration : maquette du nouveau centre La Cour à Vevey

Page 1 sur 15
© 2019 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique