Actualités

Dans les ateliers de préparation et lors du Congrès du Graap (8-9 mai 2019) sur le thème de la contrainte en psychiatrie, un très grand nombre de personnes ont révélé à quel point elles s’étaient senties maltraitées lors d’hospitalisations ou dans des foyers.

Nous avons le devoir d’agir partout où nous sommes pour que les pratiques inhumaines pratiquées encore dans des foyers ou lors des hospitalisations forcées cessent.

Le Graap-Fondation recueille des témoignages ainsi que des propositions d'actions.

Le Conseil de fondation et la direction du Graap-Fondation vont prochainement rencontrer les directions du département de psychiatrie du CHUV pour discuter de cette thématique et parler des situations problématiques inventoriées (de manière non nominative).

Vous êtes une personne concernée, un proche ou un professionnel et vous souhaitez nous faire part d'expériences d'hospitalisation (en psychiatrie) qui se sont mal passées ? N'hésitez pas à contacter Annick Kosel (annick.kosel@graap.ch) ou Marie Israël (marie.israel@graap.ch) pour nous en faire part ! Votre anonymat sera bien sûr respecté.

Derrière les murs

Etre frappé par la maladie psychique, et devoir vivre cette situation en prison. Comment le supporter? Comment gérer cette double peine? Comment pouvoir envisager, sinon une guérison, au moins une perspective de réinsertion? «Diagonales» s’est attelé à ces questions délicates et brûlantes. Les années passées ont connu leur lot d’affaires dramatiques qui ont profondément influencé nos perceptions des liens entre criminalité et santé mentale.

Les risques d’utilisation abusive d’instruments juridiques, initialement élaborés à des fins thérapeutiques, sont, de plus, bien présents. Liés à des évaluations médicales cherchant à estimer l’évolution future des patients, ces outils sont délicats à utiliser dans un climat sécuritaire particulier. Ils aboutissent fréquemment à une durée de détention supérieure à celle de la peine infligée par la justice. Même si, bien sûr, la société doit toujours se protéger de la criminalité la plus dangereuse.

Modestement, la rédaction a esquissé des pistes dans les domaines touchant, de plus ou moins près, la compréhension et la gestion de la santé mentale de détenus. Que ce soit dans les domaines médico-social, judiciaire, pénitentiaire et politique. A l’heure de quitter son poste de chef du Service de médecine et psychiatrie pénitentiaires du canton de Vaud, le professeur Bruno Gravier nous livre son éclairage. Dans le domaine thérapeutique, nous avons exploré les moyens susceptibles d’aider les personnes malades et privées de liberté. Des exemples choisis et concrets qui concernent les établissements de différents cantons romands.

Et puis nous avons également donné la parole à une personne touchée par la maladie psychique et incarcérée dans un établissement pénitentiaire. Sous le coup de mesures thérapeutiques, le détenu nous fait part de son ressenti. Avec de l’espoir, pour lui comme pour sa compagne, qui nous a également accordé son témoignage précieux.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

jeudi, 17 octobre 2019

Appel aux tissus

Avez-vous des tissus de coton de différentes couleurs avec des imprimés du genre tissu de rideau et vous voulez les donner ? C'est avec plaisir que nous pourrons les utiliser pour confectionner de jolis sacs à commissions.

Vous pouvez nous les apporter directement à l'atelier ABC-Tissus, rue de la Borde 28bis à Lausanne, ou nous appeler au 021 643 16 04.

ABC-Tissus vous remercie!

Le Graap et la Coraasp, ainsi que la Fédération suisse des psychologues, estiment que les consultations chez un psychologue doivent être remboursées par l'assurance de base pour autant qu'un médecin, et pas forcément un psychiatre, ait prescrit la thérapie. Le système en vigueur empêche un accès rapide au système de soins: «Le délai d’attente pour une consultation en santé psychique peut atteindre plusieurs mois. Le Graap connaît des personnes qui, après de longues semaines d'attente pour voir un psychiatre, ont atterri aux Urgences du CHUV ou à Cery», explique Marie Israël dans le 24 heures du 16 septembre 2019.

La santé mentale est fondamentale

Prendre soin de son équilibre psychique est essentiel. Trop souvent, pourtant, on l’oublie. Cette dimension de l’individu est reléguée au second plan, voire ignorée totalement.

Les chiffres ne souffrent pourtant aucune contestation: les coûts liés à la santé mentale ne cessent de croître. Dans nos sociétés en pleine mutation économique, numérique, démographique et sociale, les problématiques liées à l’équilibre psychique ont malheureusement de beaux jours devant elles.

Le renforcement de la considération pour la santé mentale constitue ainsi une priorité pour le futur. L’accent doit être mis sur la prévention. Comment? «Diagonales» esquisse des pistes. Cette édition spéciale, réalisée en collaboration avec la Coraasp, est consacrée à la campagne nationale pour garder, développer ou retrouver une bonne santé mentale. Des choix ont été faits sur les problématiques pouvant affecter l’équilibre psychique à différentes périodes de l’existence: échec scolaire, sexualité, harcèlement, burnout, divorce, maladie, précarité, isolement, retraite, etc. La liste n’est pas exhaustive.

Nous avons rencontré des professionnels en lien avec la santé mentale, dans toute la Suisse romande. Des témoignages décrivent les difficultés rencontrées, mais aussi les ressources développées. Ils présentent surtout de véritables «outils» de résilience pour le lecteur. Pour entretenir cet équilibre psychique, souvent si discret mais si important, tout au long d’une vie.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Cliquez ici pour télécharger ce numéro de Diagonales dans son intégralité

Page 1 sur 15
© 2019 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique