Actualités

Le Graap et la Coraasp, ainsi que la Fédération suisse des psychologues, estiment que les consultations chez un psychologue doivent être remboursées par l'assurance de base pour autant qu'un médecin, et pas forcément un psychiatre, ait prescrit la thérapie. Le système en vigueur empêche un accès rapide au système de soins: «Le délai d’attente pour une consultation en santé psychique peut atteindre plusieurs mois. Le Graap connaît des personnes qui, après de longues semaines d'attente pour voir un psychiatre, ont atterri aux Urgences du CHUV ou à Cery», explique Marie Israël dans le 24 heures du 16 septembre 2019.

La santé mentale est fondamentale

Prendre soin de son équilibre psychique est essentiel. Trop souvent, pourtant, on l’oublie. Cette dimension de l’individu est reléguée au second plan, voire ignorée totalement.

Les chiffres ne souffrent pourtant aucune contestation: les coûts liés à la santé mentale ne cessent de croître. Dans nos sociétés en pleine mutation économique, numérique, démographique et sociale, les problématiques liées à l’équilibre psychique ont malheureusement de beaux jours devant elles.

Le renforcement de la considération pour la santé mentale constitue ainsi une priorité pour le futur. L’accent doit être mis sur la prévention. Comment? «Diagonales» esquisse des pistes. Cette édition spéciale, réalisée en collaboration avec la Coraasp, est consacrée à la campagne nationale pour garder, développer ou retrouver une bonne santé mentale. Des choix ont été faits sur les problématiques pouvant affecter l’équilibre psychique à différentes périodes de l’existence: échec scolaire, sexualité, harcèlement, burnout, divorce, maladie, précarité, isolement, retraite, etc. La liste n’est pas exhaustive.

Nous avons rencontré des professionnels en lien avec la santé mentale, dans toute la Suisse romande. Des témoignages décrivent les difficultés rencontrées, mais aussi les ressources développées. Ils présentent surtout de véritables «outils» de résilience pour le lecteur. Pour entretenir cet équilibre psychique, souvent si discret mais si important, tout au long d’une vie.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Cliquez ici pour télécharger ce numéro de Diagonales dans son intégralité

Les folles couleurs de la «Mad Pride»

«Le 10 octobre, la Journée mondiale de la santé mentale verra la tenue d’une Mad Pride à Genève.» Quand cette phrase a été prononcée en séance de rédaction, les regards se sont croisés, intrigués: personne n’avait jamais entendu le terme «Mad Pride». Bien que cette manifestation festive existe depuis longtemps à l’étranger, aucune n’a encore eu lieu en Suisse. Et pour cause: ici, il n’est pas coutume de manifester, de se montrer, de révéler. On préfère ne pas déranger, ne pas gêner. Surtout lorsqu’on souffre, qu’on se sent particulier. Pourtant l’indifférence et le silence deviennent destructeurs. Ils peuvent même tuer.

L’idée de défiler demande donc de l’engagement, de passer un cap, mais elle semble fondamentale pour progresser. Que l’on soit atteint dans sa santé psychique, proche de personnes en souffrance, professionnel ou simplement sensible à cette situation.

La «Pride» veut faire reconnaître la santé mentale comme un besoin vital au même titre que la santé physique. Elle cherche à mobiliser les citoyens aux côtés de personnes vivant avec des troubles psychiques, et elle veut rappeler que les maladies mentales ne sont pas irréversibles, que l’on peut se soigner et avoir sa place dans la société.

Peut-être qu’ici aussi les temps changent, finalement. La honte, la pudeur, le sentiment de gêner peuvent s’effacer face au besoin de reconnaissance, de solidarité et d’union. Un récent 14 juin historique et violet est là pour nous le rappeler. La Suisse bouge et existe. Rendez-vous donc ce 10 d’octobre, déguisé ou non, au bout du lac. Pour le colorer d’un brin de folie.

Laurent Donzel

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Le 19 août dernier, le centre La Rive a quitté Montreux et emménagé dans des locaux flambants neufs au Quai de la Veveyse 4 à Vevey. A cette occasion, le centre a été rebaptisé La Cour. Le numéro de téléphone est resté le même, à savoir le 021 643 16 40.

Illustration : maquette du nouveau centre La Cour à Vevey

Tout en continuant de consolider le cadre des nombreuses activités qui sont celles du Graap, nous avons dû faire face à l’annonce du départ à la retraite de notre directeur, Jean-Pierre Zbinden, en mars 2019. Cela a été l’occasion d’un magnifique exercice collectif de réflexion et de gestion participative dans le cadre du processus approfondi que nous avons conduit pour chercher et trouver la personne qui nous paraissait la plus apte à prendre sa succession.
(Extrait du mot du Président du Conseil de Fondation Pierre Chiffelle, page 2 de Regards 2018)

Regards 2018, le rapport d'activité du Graap-Fondation, vient de sortir. Retrouvez-le à la page Rapports d'activité !

Page 6 sur 20
© 2020 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique