Bookmark and Share

Histoire

Le Graap est né un soir d’hiver 1987. Le 14 janvier, sept personnes souffrant de troubles psychiques et deux proches de patients se réunissaient autour et à l’initiative de Madeleine Pont, alors assistante sociale au secrétariat romand de la Fondation suisse Pro Mente Sana. Cette soirée de partage autour de la maladie a été la première d’une longue série : le groupe d’entraide du Graap était né.

Ce groupe se voulait un espace d’échange, d’accueil et de reconnaissance de sa propre folie, de celle des autres, « d’agir ensemble » pour construire un monde meilleur. Un espace qui répondait à un réel besoin, un véritable élan. De 9 personnes, le groupe s’est rapidement agrandi à 20, 50, 100 personnes… Et marquait une première réussite : la rupture de l’isolement.

La même année, le groupe se constituait en association – le Graap – et créait un journal : Tout comme vous… Une petite équipe de membres travaillait au bureau de Pro Mente Sana, à Lausanne, et envoyait des informations sur le Graap avec un bulletin de versement. Le premier atelier protégé du Graap était né.

L’année suivante, l’association inaugurait le restaurant Au Grain de Sel et ouvrait ainsi son premier centre d’accueil à la rue Aloys-Fauquez 13, à Lausanne. Le Grain de Sel est vite devenu le cœur social du Graap, un lieu où toujours trouver quelqu’un à qui parler et qui offre une activité utile et la possibilité de prendre des responsabilités pour les personnes atteintes de troubles psychiques.

En 1989, nouveau projet : le Graap mettait sur pied le Réseau de l’amitié, dans le but d’accompagner les camarades hospitalisés par une collaboration judicieuse avec les services concernés. Un an après, l’association organisait son premier congrès au Casino de Montbenon, réunissant 450 personnes (patients, proches, professionnels) autour du thème « La schizophrénie, en savoir plus ».

En moins de cinq ans, le Graap avait donc posé les bases de ce qu’il est encore aujourd’hui : un espace d’entraide et de partage où chacun est accueilli tel qu’il est, un espace qui propose des lieux d’accueil, un service social, de l’information, des ateliers et des animations.

Madeleine Pont, devenue directrice du Graap en 1994, et son équipe, ont ensuite poursuivi sur leur lancée. Sans cesse en mouvement, poursuivant sa mission sans relâche, saisissant toutes les opportunités, le Graap s’est développé à la vitesse grand V. A l’étroit dans ses locaux, il a déménagé en 1995 pour s’installer dans ses locaux actuels de la rue de la Borde. En 1997, il créait son premier centre en dehors de Lausanne : le Bateau, à Yverdon. La même année, il reprenait le kiosque de l’Hôpital de Cery et, en marge de la vente, y développait un centre d’accueil : le P’tit Mag. En 1999, il inaugurait La Berge, à Nyon et en 2000, c’était au tour de Montreux avec l’ouverture de La Rive. Depuis lors, le Graap couvre les 4 coins du canton.

Parallèlement à ses développements géographiques, le Graap a multiplipé ses ateliers : Corporella (coiffure) en 1996, la bibliothèque et ABC Tissus au début des années 2000, ScanTeam en 2006, etc. Il s’est aussi engagé dans de multiples combats : contre l’isolement et la stigmatisation des personnes vivant avec des troubles psychiques; pour le droit d’accès des patients à leur dossier médical; contre la 5ème révision de l’AI; pour l’amélioration des conditions des patients psychiques en prison, etc.

Le Graap a aussi tissé de nombreux liens au cours de son existence. L’un des plus conséquents s’est noué en 1999, lorsqu’il s’est associé à 11 autres organisations éparpillées en Suisse romande et poursuivant des buts similaires, afin de développer entraide et synergie. La Coraasp (Coordination romande des associations d’action en santé psychique) était née. Aujourd'hui, elle compte 23 organisations membres.

A force d’agrandissements, de développements, de multiplication et de diversification des prestations, le bateau est devenu trop grand pour perdurer sous sa forme associative. Une réforme structurelle est devenue indispensable et a abouti, à la fin 2011, à la création du Graap-Fondation. Celui-ci a repris l’ensemble des prestations du Graap. L’association a quant à elle subsisté et conserve encore ses missions premières : l’entraide et la militance. Si leurs moyens sont différents, fondation et association partagent aujourd’hui les mêmes valeurs et suivent la même route.

 

© 2017 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique