Bookmark and Share
jeudi, 04 janvier 2018

Diagonales 121, Dossier Addictions et troubles psychiques: souffrances mêlées

Présentation

Une union complexe

Addiction et troubles psychiques font malheureusement bon ménage. Un ménage uni par des liens complexes, qu’il est difficile de démêler. Est-ce un trouble psychique qui pousse une personne vers un comportement addictif? Est-ce plutôt l’inverse? Un tel lien de cause à effet peut-il être établi? Comme bien souvent, la réponse à ces questions dépend de la situation, même si des tendances se dessinent dans certains cas, comme le précise le professeur Jacques Besson. Dans notre dossier consacré au sujet, il affirme: «On parle de double diagnostic, mais dans bien des situations, on devrait plutôt parler de triple, voire de quadruple diagnostic.»

Quoi qu’il en soit, les personnes concernées par ces diagnostics multiples tombent vite dans une sorte de «spirale infernale». Dans son témoignage, Antoine apparente l’addiction à une béquille que la personne dépendante utilise pour apaiser son mal-être. Lorsque la première béquille ne déploie plus tout son effet, elle la remplace par une nouvelle canne. «Finalement, tu te retrouves avec tellement de béquilles que la simple idée de t’en débarrasser te décourage», explique-t-il. Parmi elles figurent l’addiction aux drogues légales et illégales, l’addiction sans substances (jeux, Internet, etc.), mais aussi l’addiction aux médicaments. En Suisse, quelque 60 000 personnes souffrent d’une dépendance aux psychotropes, selon le Dr Mohamed Hachaichi.

Dès lors, une volonté de fer et des efforts faramineux sont nécessaires aux personnes concernées pour s’en sortir. Et un soutien professionnel adéquat est indispensable. Dans ce domaine, le canton de Vaud fait plutôt figure de bon élève. Depuis plusieurs années, les différents acteurs impliqués travaillent en bonne collaboration avec, notamment, un dispositif de liaison en addictologie pour épauler les équipes de psychiatrie générale et un volet addictologique pour le suivi intensif dans le milieu.

Bien entendu, il reste encore beaucoup à faire, mais cette collaboration de toutes et tous est un pas important. Les structures comme la Fondation ABS (Accueil à bas seuil), que nous présentons dans ce dossier, forment également un précieux maillon de la chaîne, contribuant à réduire les risques sanitaires pour les personnes concernées et accueillant, dans l’anonymat, celles et ceux qui ne parviennent pas à se maintenir dans une structure de soin. Une porte ouverte qui peut faire la différence.

Stéphanie Romanens-Pythoud

 Plus d'infos sur la page Diagonales.

Couverture et Edito

Image couverture Image edito

Formulaire de contact

Vous pouvez nous contacter par téléphone au 021 643 16 13 ou au 021 643 16 15. Vous pouvez aussi nous écrire à travers le formulaire ci-dessous. Celui-ci sera envoyé à la responsable de rédaction qui vous répondra dans les meilleurs délais possibles.

© 2018 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique