Diagonales, magazine romand de la santé mentale

Un grand boulversement

La retraite ne laisse personne indifférent. Liberté retrouvée, repos bien mérité pour les uns... inactivité forcée, retrait social pour les autres. Un mélange de ces perceptions pour beaucoup. Des personnes planifient leur retraite minutieusement des années auparavant, «pour être prêts», alors que d’autres préfèrent ne pas y penser et se laisser porter par ce qui adviendra.

Toutes les attitudes sont possibles face à cette étape. Mais au fond, qu’est-ce que le basculement dans le 3e âge implique? Et qu’est-ce qu’il change plus particulièrement pour les personnes concernées par la maladie psychique? «Diagonales» s’est penché sur ces questions dans son nouveau dossier.

«Il est faux de croire qu’à la retraite, on ne travaille plus. Vieillir, c’est un travail», avertit le Dr Karsten Ebbing, du Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé au CHUV. Fondamentalement, il s’agit pour chacun de se réinventer une identité sans lien avec une activité professionnelle, de trouver un nouveau rythme de vie et un nouvel équilibre familial et social. Un chemin qui se fait plus ou moins facilement pour la personne retraitée, mais aussi pour son entourage.

Outre ces rééquilibrages, la fin de l'activité professionnelle engendre aussi une diminution des relations sociales, voire un profond isolement pour de nombreuses personnes malades. L'aspect financier représente également un élément central - et complexe - de la retraite. AVS, LPP, 3e pilier... Il n’est facile pour personne de s’y retrouver et de savoir exactement quel sera son revenu à la retraite.

À ces difficultés touchant tout un chacun s'ajoute, pour les personnes malades psychiques qui atteignent les 65 ans, le passage parfois abrupt de la psychiatrie adulte vers la psychiatrie de l’âge avancé. Une transition que les patients vivent assez mal, reconnaît la Drsse Montserrat Mendez, responsable du Centre ambulatoire de psychiatrie de l’âge avancé du CHUV. Le terme «âgé», davantage associé au 4e âge, ne convient pas à tout le monde. Et surtout, c’est une nouvelle organisation, de nouvelles équipes auxquelles il faut s’habituer.

Tous ces changements font de la retraite un grand bouleversement, qu’il importe de préparer autant que possible en amont. Des programmes et des soutiens comme ceux que proposent l'Avivo ou Polyval permettent d'adoucir le changement. Il n'empêche que, pour certains, l'étape reste difficile à vivre. Le témoignage que nous publions dans ce dossier le montre sans détour.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Travail : entre valorisation et perte de sens

Le travail, source de valorisation personnelle ou de perte de sens ? Moteur pour avancer ou objet d’angoisse ? Comme bien souvent, les réponses sont différentes pour chacun de nous, en fonction du contexte professionnel, des conditions de travail, de la période de notre vie et de bien d’autres facteurs.

On peut néanmoins affirmer qu’à l’heure actuelle, le travail est une valeur centrale dans notre société. Il détermine une partie de notre statut et de notre rôle social. De notre identité ? Du coup, quand il devient source de stress et de mal-être, le problème en est d’autant plus important.

Si la souffrance psychique au travail a toujours existé, les troubles qu’il génère aujourd’hui sont d’un genre nouveau, comme le souligne Viviane Gonik dans notre dossier consacré au lien entre travail et santé mentale, thème du prochain congrès du Graap qui aura lieu les 18 et 19 mai 2016 au Casino de Montbenon, à Lausanne. L’épuisement professionnel, le burn-out, comme on l’appelle, est devenu un mal qui touche de plus en plus de monde, toutes professions confondues.

Certaines entreprises et institutions ont mis des dispositifs en place pour tenter d’éviter ce malaise à leurs employés, à l’image des Hôpitaux universitaires genevois. Il n’empêche que ces initiatives sont encore rares, trop rares. Or lorsque la rupture avec le monde professionnel est consommée, en raison d’un épuisement ou d’autres causes, il peut être extrêmement difficile de se réinsérer sur le marché du travail. Voire impossible.

Des initiatives comme le programme RESSORT, mis en place par le CHUV, permettent avec un certain succès à des personnes souffrant de troubles psychiques de (re)trouver un travail dans l’économie libre, par le biais d’un soutien individuel sur mesure.

Mais lorsqu’un tel projet n’est pas possible ou souhaitable à moyen ou long terme, comment éviter l’exclusion dans une société qui donne tant de poids au travail ? Pour le Graap, il s’agit d’accompagner la personne dans un projet de vie adapté à ses désirs et à ses ressources. Au-delà du travail sur la confiance, les compétences, le rythme, il s’agit aussi de tisser des liens avec la société par le biais d’actions communautaires et, dans le cadre de certains de ses programmes, de collaborations commerciales.

Plus généralement, l’enjeu est de faire en sorte que le travail (re)devienne une ressource.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Pas si facile de mettre les maux en mots

Les discussions pour préparer le dossier de ce numéro ont été nourries au sein de la rédaction. Douleur psychique... Au départ, ce sujet que nous voulions aborder depuis longtemps ne nous paraissait pas plus difficile qu’un autre. Mais plus nous avancions dans nos recherches, plus la complexité et l’ampleur de la thématique nous apparaissaient. Cette notion que nous comprenions intuitivement tendait à nous échapper lorsque nous voulions la mettre en mots. Sans compter que nous avions peu de matière à nous mettre sous la dent, les études sur le sujet étant peu nombreuses.

Qu’entend-on vraiment par douleur psychique? Existe-t-elle en tant que telle ou est-elle toujours liée à une composante physique? Comment se manifeste-t-elle? Comment la traiter? Et ces douleurs somatoformes qui ont fait l’actualité il y a peu, en font-elles partie? Ces questions ont essoré nos méninges, semé parfois le doute dans nos esprits. Faisions-nous bonne route? Heureusement, nos rencontres avec des spécialistes issus de différents horizons professionnels nous ont apporté des réponses et des réflexions qui nous ont permis de déblayer le chemin et, peu à peu, de construire un dossier cohérent. Le témoignage intense de Laure* montre quant à lui très bien à quel point ces douleurs psychiques sont difficiles à vivre et peuvent être envahissantes. A sa lecture, ces maux si diffus deviennent soudainement extrêmement concrets.

Finalement, notre dossier pose les jalons pour appréhender cette notion de douleur psychique, démontrer son ampleur et les enjeux qui y sont liés, pour cerner ses spécificités. Ces six pages n’apportent certainement pas toutes les réponses, mais elles ouvrent de nombreuses pistes de réflexion sur un sujet qui touche certainement chacun de nous une fois ou l’autre dans notre vie.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

* Prénom d’emprunt


Plus d'infos sur la page Diagonales.

De la pratique aux mots... des mots à l'action

Une fois n’est pas coutume, «Diagonales» a choisi de consacrer son dossier à un processus interne à la Coraasp, organisation faîtière à laquelle appartient le Graap-Fondation. Après plus de quinze ans de pratique de l’action sociale, la Coordination romande des associations d’action pour la santé psychique a choisi de mettre en mots son travail à travers une démarche de modélisation. Une démarche qui lui a permis, selon sa directrice Florence Nater, d’analyser la contribution de ses membres au rétablissement des personnes concernées par la maladie psychique et de disposer d’un document de référence qui facilitera, notamment, son positionnement vis-à-vis de l’extérieur.

Si le mouvement est interne, il est intéressant plus largement, la Coraasp représentant 24 organisations en Suisse romande et de multiples partenariats dans le champ de la santé mentale. Ce qui ressort du processus témoigne ainsi d’une tendance de fond qui touche de nombreux acteurs.

La première étape de cette démarche de modélisation, une recherche réalisée par la Haute école de travail social et de la santé à Lausanne, dévoile une approche commune à l’ensemble des associations membres. Malgré des pratiques et des rôles très divers, celles-ci partagent quantité de valeurs,comme l’entraide, la solidarité, l’écoute, le non-jugement, l’équivalence, la participation... Des concepts dans lesquels les professionnels se retrouvent, mais aussi les personnes concernées et les proches qui ont participé à l’étude. L’entretien à trois voix que nous publions dans ce dossier en témoigne.

Profondément ancrée dans la pratique et suivant une démarche participative, cette conceptualisation du travail quotidien des membres de la Coraasp a néanmoins nécessité de prendre un peu de hauteur. Il s’agit maintenant deretourner sur le terrain, de permettre à chacun de se situer par rapport aux concepts énoncés et de se les approprier.

Avec cette étude, la faîtière a constitué son bagage. Reste maintenant à parcourir le chemin.

Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

Plus d'infos sur la page Diagonales.

De «bons petits soldats»

De nombreux enfants de personnes vivant avec une maladie psychique composent seuls avec un parent fragile par moment incapable d’assumer son rôle protecteur. Amenés à grandir trop vite, ils assument des responsabilités trop lourdes pour leurs petites épaules.

En «bons petits soldats», ils s’adaptent, voire se «suradaptent» à leur situation pour pallier les manques et veiller sur leur parent. Mais leur développement physique, psychique, affectif ou social est parfois en péril.

Bien que ces enfants soient conscients que leur situation familiale n’est pas «normale», ils ne comprennent pas toujours ce qui se passe. La maladie n’est souvent pas expliquée à l’enfant, tant il est difficile pour le parent de verbaliser ce qu’il vit. Il arrive que le trouble soit même complètement nié.

Isolés, vivant dans la honte, beaucoup d’enfants passent à travers les mailles du filet social, alors qu’ils auraient grand besoin d’être entendus, pris en compte, outillés pour faire face. Le Service de protection de la jeunesse du canton de Vaud le souligne dans ce dossier: les situations qui présentent un risque pour les enfants de personnes malades psychiques lui sont souvent signalées tardivement.

En amont, des lieux de soutien existent bel et bien, à l’image du Biceps, à Genève, qui permet aux enfants de partager leurs difficultés et qui les accompagne pour améliorer leur quotidien. Il y a aussi la fondation As’trame, à Lausanne, qui vient de mettre en place un groupe de soutien et d’échange. Du côté des parents, des groupes sont en place pour les aider à parler de leur maladie à leurs enfants, comme à l’Hôpital psychiatrique de Malévoz.

Ces offres sont toutefois rares. Et encore faut-il que ces enfants et leurs parents sortent de l’ombre et de la honte pour bénéficier de ces services. Heureusement, comme le montre le témoignage d’Aurélie*, la plupart de ces enfants sont incroyablement résilients. Ils parviennent à tirer le meilleur de leur situation difficile et développent des compétences utiles tout au long de leur vie.


Stéphanie Romanens-Pythoud

Page 3

* Prénom d’emprunt

 

Plus d'infos sur la page Diagonales.

Page 6 sur 8
© 2020 Graap | fondation groupe d'accueil et d'action psychiatrique